Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/149

Cette page a été validée par deux contributeurs.
149
les naufragés de l'air.

se serait glissé sous les eaux du lac, en en rasant les bords. Cependant, les eaux étaient calmes, et pas une ride n’en troublait la surface. Plusieurs fois, les colons s’arrêtèrent sur la berge, et ils observèrent avec attention. Rien n’apparut. Il y avait là quelque mystère.

L’ingénieur était fort intrigué.

« Poursuivons jusqu’au bout cette exploration, » dit-il.

Une demi-heure après, ils étaient tous arrivés à l’angle sud-est du lac et se retrouvaient sur le plateau même de Grande-Vue. À ce point, l’examen des rives du lac devait être considéré comme terminé, et, cependant, l’ingénieur n’avait pu découvrir par où et comment s’opérait la décharge des eaux.

« Pourtant, ce déversoir existe, répétait-il, et puisqu’il n’est pas extérieur, il faut qu’il soit creusé à l’intérieur du massif granitique de la côte !

— Mais quelle importance attachez-vous à savoir cela, mon cher Cyrus ? demanda Gédéon Spilett.

— Une assez grande, répondit l’ingénieur, car si l’épanchement se fait à travers le massif, il est possible qu’il s’y trouve quelque cavité, qu’il eût été facile de rendre habitable après avoir détourné les eaux.

— Mais n’est-il pas possible, monsieur Cyrus, que les eaux s’écoulent par le fond même du lac, dit Harbert, et qu’elles aillent à la mer par un conduit souterrain ?

— Cela peut être, en effet, répondit l’ingénieur, et, si cela est, nous serons obligés de bâtir notre maison nous-mêmes, puisque la nature n’a pas fait les premiers frais de construction. »

Les colons se disposaient donc à traverser le plateau pour regagner les Cheminées, car il était cinq heures du soir, quand Top donna de nouveaux signes d’agitation. Il aboyait avec rage, et, avant que son maître eût pu le retenir, il se précipita une seconde fois dans le lac.

Tous coururent vers la berge. Le chien en était déjà à plus de vingt pieds, et Cyrus Smith le rappelait vivement, quand une tête énorme émergea de la surface des eaux, qui ne paraissaient pas être profondes en cet endroit.

Harbert reconnut aussitôt l’espèce d’amphibie auquel appartenait cette tête conique à gros yeux, que décoraient des moustaches à longs poils soyeux.

« Un lamantin ! » s’écria-t-il.

Ce n’était pas un lamantin, mais un spécimen de cette espèce, comprise dans l’ordre des cétacés, qui porte le nom de « dugong », car ses narines étaient ouvertes à la partie supérieure de son museau.

L’énorme animal s’était précipité sur le chien, qui voulut vainement l’éviter