Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/144

Cette page a été validée par deux contributeurs.
144
l'île mystérieuse.

L'opération fut difficile. (Page 141.)

— Et un escalier pour y monter ! ajouta Nab.

— Vous riez, s’écria le marin, et pourquoi donc ? Qu’y a-t-il d’impossible à ce que je propose ? Est-ce que nous n’avons pas des pics et des pioches ? Est-ce que M. Cyrus ne saura pas fabriquer de la poudre pour faire sauter la mine ? N’est-il pas vrai, monsieur Cyrus, que vous ferez de la poudre le jour où il nous en faudra ? »

Cyrus Smith avait écouté l’enthousiaste Pencroff, développant ses projets un peu fantaisistes. Attaquer cette masse de granit, même à coups de mine, c’était un travail herculéen, et il était vraiment fâcheux que la nature n’eût pas fait le plus dur de la besogne. Mais l’ingénieur ne répondit au marin qu’en proposant