Ouvrir le menu principal

Page:Jules Janin - Le marquis de Sade.djvu/32

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 19 —

exécrable auteur qui, en le relisant, se dit à lui-même qu’il est resté bien au-dessous de ce qu’il pouvait faire. Il a été trompé par son exécrable imagination. Il la croyait à bout, et elle se réveille de plus belle. Il croyait avoir fait on chef-d’œuvre, et il n’a fait qu’une œuvre d’écolier. Il a décimé l’espèce humaine ; il vent l’immoler en entier. Il n’a déshonoré que les hommes et les femmes de la France, il veut déshonorer le monde. ! Et sur-le-champ, il recommence de plus belle. Ô l’horrible et infâme lutte de cet homme avec lui-même ! Qu’a-t-il pu dire dans son second livre qu’il n’ait pas dit dans le premier ? qu’a-t-il pu faire qu’il n’ait pas fait ? quels supplices nouveaux a-t-il inventés ? quelles horreurs nouvelles ? Quelle est la tombe qu’il n’ait pas souillée ? quel est le roi ou le pontife qu’il n’ait pas immolé a sa rage ? Le malheureux ! Il accuse dans son livre la reine de France elle-même ; oui, la reine de France qui parait dans ses orgies ! El non-seulement il prêche l’orgie, mais il prêche le vol, le parricide, le sacrilège, la profanation des tombeaux, l’infanticide, toutes les horreurs. Il a prévu et inventé des crimes que le Code pénal n’a pas prévus ; il a imagine des tortures que l’inquisition n’a pas devinées. Le voyez-vous ce ver de terre tout fangeux, qui sort de sa corruption pour jeter a voix basse ces tristes paroles au moment ou la société française est expirante sous le sophisme ? Concevez-vous l’effroi d’un honnête homme qui, poussé par cette curiosité qui a fait porter a notre père Adam une main indiscrète sur l’arbre de mort, se trouve face à face avec le marquis de Sade ! Comme le lecteur est honteux de sa triste hardiesse ! comme les mains lui tremblent ! comme les oreillces lui tintent, frappées qu’elles sont par le glas du dernier supplice comme c’est déjà une horrible punition pour le malheureux qui souille ses yeux et son cœur de