Page:Jehin - Les aventures extraordinaires de deux canayens, 1918.djvu/4

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
4

par comprendre et lui indiqua un hôtel situé troisième avenue, non loin de la station du chemin de fer élevé.

Titoine se rendit sans encombre à l’endroit indiqué et retint dans un hôtel du trente-sixième ordre une chambre convenable à raison d’un dollar par jour ou six en la prenant à la semaine.

Notre ami paya une semaine d’avance, donna son billet de bagage au bureau de l’hôtel pour qu’on fit venir sa malle, puis sentant la faim aiguillonner son estomac, il s’en fut dans un restaurant des environs où il se fit servir à dîner.

Lesté, mais très fatigué, il remit toute idée de promenade pour le lendemain, et s’en revint tout simplement à l’hôtel où il se coucha et s’endormit du sommeil du juste.

Titoine Pelquier, ou plutôt le docteur Antoine Pelletier, pouvait avoir de trente à trente-cinq ans, de taille moyenne, assez bien découpé. Il était très brun avec une barbe taillée à la française, une chevelure abondante qu’il rejetait artistiquement en arrière, il possédait de grands yeux noirs qui ne manquaient pas d’une certaine expression.

Pelquier — pardonnez-moi cette dénomination toute terroire — venait directement de Montréal, où depuis plusieurs années il exerçait la profession de chirurgien dentiste dans le quartier de Ste-Cunégonde.

Au bonheur d’extraire incisives et molaires, Titoine unissait les délices incontestables d’être le légitime époux de la gente Madame Pelletier, née Philomène Tranchemontagne, de Shawinigan.

Notre ami n’était pas ce qu’il serait convenu d’appeler un mauvais « gars », il n’était pas joueur, avait, il est vrai, un petit faible pour la pipe et… son mélange de tabac rouge et de quesnel, était connu de ses amis — eux aussi amateurs de vrais tabacs canadiens — de la Pointe St-Charles à St-Henri des Tanneries. Il ne crachait pas dans le « petit blanc », mais comme il en fallait gros pour le « mettre en brosse », on n’y faisait pas trop attention.

Cependant, et cela comme pour justifier le proverbe qui dit : « Le bonheur parfait n’existe pas en ce monde », Titoine Pelquier, quoique tout semblait bien marcher pour lui, la clientèle était bonne et en plus il venait d’hériter d’une tante de Trois-Rivières, découvrit un jour (cela, hélas ! arrive dans les meilleures familles) qu’il existait une pierre d’échoppement pour son bonheur et cela lorsque, oh ! ironie du sort ! il eut la certitude que sa dou-