Ouvrir le menu principal

Page:James Guillaume - L'Internationale, I et II.djvu/553

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la Commune outragée et calomniée. J’ai déjà dit que Malon s’était mis à écrire, dès son arrivée à Genève, les chapitres d’un livre qu’il intitula La Troisième défaite du prolétariat français, et qui s’imprima à Neuchâtel, dans notre atelier ; mais il ne put paraître qu’au milieu de novembre. La première en date des publications de la proscription en Suisse fut le Livre rouge de la justice rurale, de Jules Guesde, qui parut en livraisons à l’imprimerie Blanchard, à Genève, depuis le mois d’octobre. Vint ensuite, au commencement de novembre, Hommes et Choses de la Commune, de Maxime Vuillaume, paraissant aussi en livraisons à l’imprimerie Blanchard. Enfin fut annoncée, pour paraître le 15 décembre, une Étude sur le mouvement communaliste, par G. Lefrançais, qui s’imprima, comme le volume de Malon, à l’atelier G. Guillaume fils, à Neuchâtel. Lefrançais vint à Neuchâtel en octobre pour s’entendre avec moi ; Charles Beslay, qui habitait alors une maison de campagne dans le quartier de Trois-Portes, et que j’avais eu l’occasion de voir déjà plusieurs fois, nous fit déjeuner ensemble chez lui : c’est ainsi que je fis la connaissance de ce brave homme qui, ancien instituteur, puis ancien comptable d’une compagnie de vidanges (comme il aimait à l’apprendre à ses nouveaux amis, en y mettant une coquetterie sui generis), s’était fait dans les dernières années de l’Empire une réputation d’orateur en exposant la thèse communiste dans les réunions publiques, où son émule et contradicteur Briosne défendait la doctrine proudhonienne. Je l’emmenai le jour même dîner à la maison, et il devint pour nous, dès ce moment, un ami que nous revoyions toujours avec plaisir ; sa conversation enjouée, abondante en anecdotes, en souvenirs qu’il se plaisait à conter, était des plus intéressantes ; la droiture de son caractère commandait l’estime ; s’il y avait, dans son langage, de l’âpreté à l’égard de ceux que, pour une raison ou une autre, il n’aimait pas, et même, parfois, des sévérités brusques envers ceux qu’il aimait, les sursauts d’une susceptibilité ombrageuse et les saillies d’un esprit caustique n’enlevaient rien à la réelle bonté de son cœur.

La proscription voulait avoir aussi ses journaux. Jules Guesde projetait de fonder un grand quotidien qui se serait appelé le Réveil international : il m’avait écrit pour me proposer de me charger, dans ce journal, de la rubrique « Confédération suisse ». Mais il fallait des capitaux pour faire vivre un périodique de ce genre, et Guesde ne put réussir à les trouver : le Réveil international n’eut que quelques numéros, et je n’ai point eu à y collaborer.

Un autre proscrit, A. Claris, d’ambition plus modeste, créa un journal hebdomadaire qu’il appela la Révolution sociale, et qui s’imprima, comme les livraisons de Guesde et de Vuillaume, chez la veuve Blanchard à Genève ; il eut pour collaborateurs Mme André Léo, Arthur Arnould, E. Razoua, L. Marchand. Le premier numéro parut le 26 octobre 1871.

Mme André Léo habitait Genève (11, Tour d’Arve. Plainpalais, puis 10, rue Pierre Fatio) depuis le milieu d’août. Elle s’était liée avec la famille de Charles Perron, qui avait fraternellement accueilli Malon ainsi que les parents adoptifs de celui-ci, le statuaire Ottin et sa femme. Mme Champseix s’était fait raconter le détail des querelles de l’Internationale de Genève, et, avec son impétuosité féminine, elle avait pris fait et cause pour ceux qu’elle jugea victimes de l’injustice et de la calomnie. C’est elle qui allait faire de la Révolution sociale un organe de revendication du principe d’autonomie et de liberté contre les projets de Marx et de sa coterie. Le 21 octobre, elle écrivait à sa jeune amie Mathilde Rœderer, à Bischwiller (Alsace) :


Oui, il y a des désunions dans l’Internationale, comme partout en ce monde. Ce sont les Allemands, par Marx, qui y font de la centralisation et du despotisme, la fausse unité, celle de Bismarck. L’élément latin proteste et s’oppose. Il y aura peut-être un partage.