Ouvrir le menu principal

Page:James Guillaume - L'Internationale, I et II.djvu/453

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


transférer son siège à Lyon ; je crains qu’elle ne tombe de Charybde en Scylla.

J’ai proposé, dans une réunion publique, qu’on votât pour ce fait un blâme à Gent. Eh bien, ma motion n’a eu qu’un demi-succès : on a transformé le blâme en vœu que ces dépêches soient expédiées. La garde civique, transformée en corps de francs-chasseurs, a été immédiatement envoyée « au-devant de l’ennemi », à Lyon, c’est-à-dire éloignée de Marseille. C’était un bon appoint pour nos élections ; nous en serons privés.

En revanche, on nous a envoyé ici la garde mobile d’Avignon, pays natal de Gent, — en d’autres termes la garde prétorienne de Gent. Somme toute, nous sommes vaincus, battus de toutes les manières.

Notre démocratie, cependant, forme ici une armée assez nombreuse. Ce qui manque, c’est l’état-major ; de là, désorganisation complète. La Commune révolutionnaire avait bien commencé ; mais dès les premiers coups de feu, ç’a été fini. C’était à qui aurait disparu le premier : Bastelica s’est retiré, Combe s’est retiré. Personne ne veut accepter de responsabilité, et la réaction, ne trouvant pas de résistance, a vaincu toute seule.

Telle est la situation. Nous sommes dominés maintenant. Cette éclipse subite des hommes qui ont disparu au moment où ils auraient dû montrer de l’énergie [1], les a privés de l’autorité morale qu’ils auraient pu exercer, et quand même la liste révolutionnaire passerait dimanche aux élections, ce ne sera jamais cette liste nuancée comme nous l’aurions désiré, car les noms qu’on nous propose, et qui sont acceptés, sont mitigés de bourgeoisisme. On n’ose pas ; on n’a plus l’espoir, vu les fautes commises, de faire passer des candidats révolutionnaires. Ou pactise à demi avec les adversaires, et on accouchera de quelque chose d’hybride qui ne sera ni chair ni poisson. Le nom d’Esquiros, cependant, qui est un drapeau, signifiera au moins : Opposition à Tours.

19 novembre. — Voici de nouveaux détails sur la situation. Esquiros a refusé toute candidature. Le Comité révolutionnaire et l’Égalité [2] devaient se concerter pour présenter une liste commune. Avant-hier, après plusieurs atermoiements, on devait s’entendre à onze heures du soir. Mais l’heure venue, l’Égalité annonce qu’elle refuse l’action commune et qu’elle présente sa liste à elle seule, liste bourgeoise comme tu penses bien. Il était trop tard pour élaborer une nouvelle liste. Hier donc, dans une assemblée populaire, on s’est prononcé pour l’abstention, et immédiatement une collecte a produit près de mille francs pour prêcher l’abstention. Le citoyen américain Train [3] a pris l’initiative en versant deux cents francs, et un autre citoyen également. Dimanche, c’est-à-dire demain, grand meeting à la Plaine contre les élections.


Il n’y avait plus rien à faire à Marseille : Sentiñon retourna à Barcelone,

  1. Ce reproche, qui visait surtout Bastelica, était mérité. Néanmoins, quand Bastelica et Alerini se trouvèrent tous deux en exil, l’année suivante, l’un à Londres, l’autre à Barcelone, Alerini ne tint pas rigueur à celui qui avait été son camarade, et il entra en correspondance avec lui.
  2. Journal républicain bourgeois dirigé par Gilly La Palud.
  3. Train était un riche Américain qui s’était enthousiasmé pour la cause de la République française.