Ouvrir le menu principal

Page:James Guillaume - L'Internationale, I et II.djvu/304

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


disparaître... », Becker proposa de remplacer « États » par « gouvernements » ; Joukovsky fit observer « que le mot État exprime toute l'organisation bourgeoise, qu'il inclut toutes les idées de privilèges et d'inégalités ; la société restera, mais les États disparaîtront » ; en conséquence, il demanda que l'on conservât le mot « États ». Au vote, la proposition de Joukovsky obtint deux voix ; celle de Becker réunit la majorité [1]. Outine était donc parvenu à ses fins ; mais son triomphe fut de courte durée. Bakounine, qui depuis le 12 mars, on l'a vu, se trouvait incognito à Genève pour les affaires russes, apprit ce qui se passait dans l'Alliance, et jugea le moment venu de se montrer. Le 1er avril, il assistait à la réunion du comité de la Section de l'Alliance, et le lendemain à l'assemblée générale : il y proposa que la Section envoyât un délégué au Congrès romand, pour protester contre l'ajournement indéfini qu'avait prononcé le Comité fédéral le 22 septembre, et réclamer l'admission dans la Fédération romande ; Becker objecta en vain la décision prise le 23 janvier, en ajoutant que la Section de l'Alliance, ayant des membres dans différents pays d'Europe, ferait mieux de rester en dehors de la fédération des sections romandes ; l'avis de Bakounine l'emporta, et Joukovsky fut désigné comme délégué. Ensuite, Bakounine protesta contre les modifications apportées au règlement et au programme : il fit observer qu'elles avaient été faites en violation d'un article du règlement qui stipulait que toute proposition tendant à une modification de ce genre devait être affichée pendant un mois. Après une courte discussion, il fut décidé d'annuler les votes émis à ce sujet dans les séances précédentes, et d'afficher les propositions de modifications, ainsi que le règlement l'exigeait : « ce qui priva l'Alliance de la gloire de posséder M. Outine au nombre de ses adhérents » (Mémoire de la Fédération jurassienne, p. 100).

En constatant le mouvement créé dans l'émigration russe par la venue de Netchaïef en Occident, et la part prépondérante qu'y prenait Bakounine, Outine s'était senti mordu par la jalousie : il voulut, lui aussi, faire quelque chose, et dresser autel contre autel ; en conséquence, lui et son ami Troussof se constituèrent en « Section russe de l'Internationale », demandèrent leur admission au Conseil général de Londres, et une lettre en date du 23 mars, signée de Troussof et publiée dans l’Égalité (26 mars), annonça à l'univers que la Section russe se proposait de combattre « les idées vieillies et pernicieuses du panslavisme », et que le journal la Cause du peuple, dont Outine était le rédacteur en chef et Troussof le secrétaire, serait son organe.

On trouve quelques renseignements sur l'état d'esprit des meneurs de la coterie genevoise dans le compte-rendu, donné par l’Égalité le 2 avril, d'un « change banal » qui eut lieu au Temple-Unique le 26 mars, à l'occasion d'une fête des menuisiers. Grosselin y fit un discours où, jouant sur les mots, il glorifia le « collectivisme », par lequel il entendait tout simplement l'association. « On combat, dit-il, le socialisme par des sophismes, en disant à l'ouvrier que ce principe, ces idées, l'association, tout cela est contraire à la liberté individuelle. Vaines paroles ! le socialisme, aujourd'hui, partout se répand, et chacun a compris qu'il était une vérité. Ce n'est que par le collectivisme de nos sociétés que nous pouvons mettre un terme à l'exploitation que nous subissons. Ouvriers, groupez-vous donc ! » Henri Perret, tout en adressant des compliments aux menuisiers, fit un aveu significatif : « Je dois m'expliquer franchement, mais il ne faut pas prendre mes paroles en mauvaise part. Qu'avons-nous fait depuis la grève de 1868 ? Rien ou à peu près rien ; nous n'avons point encore d'organisa-

  1. Il y a une erreur dans le Mémoire de la Fédération jurassienne, où il est dit que les articles du programme dont Outine demandait la revision étaient l'article 1er (« l'Alliance se déclare athée » ) et l'article 4 ( « ... Elle repousse toute action politique qui n'aurait point pour but immédiat et direct le triomphe de la cause des travailleurs contre le capital »).