Ouvrir le menu principal

Page:James Guillaume - L'Internationale, I et II.djvu/24

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quarante-cinq appartenant à l’Internationale, et quinze à des associations ouvrières non affiliées. Les quarante-cinq délégués de l’Internationale se répartissaient ainsi :

5 délégués représentant le Conseil général ; l’un d’eux représentait
en outre la Section française de Londres ;
7 représentant quatre Sections de France ;
3 représentant quatre Sections d’Allemagne ;
20 représentant quinze Sections de la Suisse.
———
45 délégués.

Les quinze délégués représentant des sociétés ouvrières non affiliées à l’Internationale se répartissaient ainsi :

2 délégués de deux sociétés ouvrières de Londres ;
13 de onze sociétés ouvrières de Genève ou d’autres villes suisses.
———
15 délégués.

On trouve mentionnés, au cours du Compte-rendu de Card, les noms d’un certain nombre de délégués, avec l’indication des Sections ou sociétés qu’ils représentaient.

Il m’a été possible de reconstituer en grande partie la liste des Sections et de leurs représentants.

Les cinq délégués du Conseil général de Londres étaient Eccarius, Hermann Jung, Cremer, Odger, et Eugène Dupont ; Dupont représentait en outre la branche française de Londres.

Les Sections de France étaient celle de Paris, celle de Rouen, celle de Lyon, et celle d’une quatrième ville dont j’ignore le nom. Nous avons les noms de seize délégués français sur dix-sept. Les délégués de la Section de Paris étaient au nombre de onze : Bourdon, Camélinat, Chemalé, Cultin, Fribourg, Guiard, Malon, Murat, Perrachon, Tolain, Varlin. Aubry représentait la Section de Rouen. La Section de Lyon était représentée par Honoré Richard, Adrien Schettel, Baudy et Sécrétant [1].

Nous avons au complet les noms des quatre Sections d’Allemagne et de leurs trois délégués : Moll représentait les Sections de Cologne et de Solingen, Müller celle de Stuttgart, Bütter celle de Magdebourg [2].

Pour la Suisse, nous n’avons que les noms de douze délégués (sur vingt) et de dix Sections (sur quinze) ; ce sont : Dupleix et Card, pour la Section française de Genève ; J.-Ph. Becker et Heidt, pour la Section allemande de Genève ; Cornaz, pour la Section de Lausanne ; Bocquin, pour la Section de Montreux ; Pierre Coullery et Jules Vuilleumier, pour la Section française de la Chaux-de-Fonds ; Peter, pour la Section allemande de la Chaux-de-Fonds ; James Guillaume, pour la Section du Locle ; Adhémar Schwitzguébel, pour la Section de Sonvillier ; Karl Bürkly, pour les Sections de Zurich et de Wetzikon.

Quant aux quinze représentants des treize sociétés ouvrières non affiliées à l’Internationale (deux sociétés ouvrières de Londres et onze sociétés ouvrières de la Suisse), nous n’en connaissons que deux : Schlaifer, délégué de la Société des ouvriers allemands de Lausanne, et Heppenwœrth, délégué de la Société des ouvriers allemands de Genève.

Le président du Congrès fut Hermann Jung, horloger suisse (du Jura bernois) établi à Londres, et membre du Conseil général, où il remplissait

  1. Les noms de ces seize délégués se trouvent au bas du Mémoire français des délégués au Congrès de Genève, imprimé à Bruxelles en 1866.
  2. C’est par erreur que Fribourg affirme (p. 50) qu’au Congrès de Genève l’Allemagne ne fut pas représentée. — Franz Mehring (Geschichte der deutschen Sozialdemokratie, 2e éd., t. III, p. 264) dit que sur les soixante délégués il y avait trois Allemands, sept Anglais, et sept Français. Pour trouver sept Anglais, il faut comprendre dans ce nombre le Suisse Jung, l’Allemand Eccarius et le Français Dupont. Les délégués de France étaient dix-sept et non pas sept.