Page:Jaloux - Les barricades mystérieuses, 1922.djvu/45

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en ressentir une fierté joyeuse et secrète.

— Ma foi, non, dis-je, je ne me rappelle rien. Elle m’a toujours paru indifférente à tous et presque insensible.

— C’est incroyable !…

— Mais, enfin, lui demandai-je, à mon tour, avec une curiosité perverse, quand vous êtes seuls ensemble, comment se montre-t-elle avec toi ?

Il parut gêné et hésita avant de répondre :

— C’est bien difficile à dire, elle est si changeante… Il y a des moments où elle est câline, tendre, d’une douceur d’enfant, il y en a d’autres où elle est rétive, impatiente, toutes griffes dehors. Le plus souvent, je la trouve distraite, lointaine, ennuyée… Ennuyée, oui, c’est le vrai mot, et voilà ce qui me préoccupe. Car enfin, si elle s’ennuie déjà avec moi, que sera-ce dans un an ? Que me conseilles-tu de faire ?