Page:Jacques Boileau - De l abus des nudites de gorge, Duquesne, 1857.djvu/84

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


donne sujet de croire que si elle est chaste de corps, peut-être elle ne l’est pas d’esprit. Quoy qu’on peut enfin luy reprocher que le trop grand désir qu’elle témoigne d’être femme, fait présumer qu’elle n’est pas entièrement vierge, et qu’elle s’est déjà donné plusieurs maris avant que personne se présente pour l’être.

XLIX. Mais une fille Chrétienne peut-elle, sans oublier ce qu’elle est, dire qu’elle cherche un mari par la nudité de son corps ? C’est apporter au mariage une disposition bien con traire à la pureté qu’il demande : puisqu’étant une parfaite image de l’union de Jésus Christ avec son Eglise, il doit non seulement se con tracter sans impureté, mais se ménager et se traitter par des voyes entièrement pures et innocentes. Ce sont les Vierges principalement qui ornent l’Eglise, et c’est à l’Eglise principalement à les orner, c’est à elle et à ses Ministres plûtost qu’à la mode et aux gens du siècle à régler leurs habits et leurs ornemens, leur démarche et leur conduite, parce que c’est à Jésus Christ qu’elles doivent plaire plûtost qu’au monde. C’est à lui qu’elles doivent de mander un mari, c’est de luy qu’elles doivent le recevoir.

L. Il n’y en a pas une d’entre elles qui ne dise qu’il faut qu’un mariage se conclue dans