Page:Jacques Boileau - De l abus des nudites de gorge, Duquesne, 1857.djvu/76

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gorge voilée quand elles sont seules, s’avisent de la cacher lorsque la volupté, l’amour-propre, et la vanité, les sollicitent le plus forte ment à la découvrir.

XL. Mais de qui ont-elles appris, sinon de l’erreur et du mensonge, qu’elles ne peuvent nuire à personne dans leur famille quoy qu’elles ayent le sein et les épaules nues. Ne puis-je pas leur dire avec Terlulien, pu vous êtes mère, ou vous êtes fille, ou vous êtes sœur ; si vous êtes mère, voilez-vous à cause de vos enfans, ne soyez pas un sujet de tentation à vos fils, ne donnez pas un mauvais exemple à vos filles. Si vous êtes fille, voilez-vous à cause de votre père, si vous êtes sœur couvrez votre sein à cause de vos frères, et quelle que vous soyez, sœur, fille ou mère, voilez-vous à cause des domestiques. Il n’y a ni âge, ni qualité qui exempte un homme d’être tenté à la vue d’une belle gorge, et l’inclination que la nature nous inspire pour nos proches, est souvent une disposition à l’amour deshonneste que le démon nous suggère.

XLI. De qui peuvent-elles avoir appris, si non du père du mensonge et de l’erreur, qu’elles ne scandalisent personne par leurs nuditéz, sous prétexte qu’elles se sont rétirées dans des Monastères où elles n’ont presque