Page:Jacques Boileau - De l abus des nudites de gorge, Duquesne, 1857.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tention fût bonne et que la fin qu’elles se proposent fût pieuse et sainte, puisque ce qu’elles font excite à l’impureté, et répugne à toutes les maximes de là pieté et de la sainteté Chrétienne. Elles ne peuvent pas dire que leur intention soit indifférente, puisque n’ayant au cun dessein ny de se pendre agréables à Dieu qui a témoigné avoir de l’aversion pour les nuditéz qu’elles affectent, ni d’observer les préceptes de l’Écriture qu’elles violent, ny de se conformer aux maximes de l’Église qu’elles méprisent, ni de suivre les sentimens des Saints qu’elles condamnent. Il faut nécessaire ment qu’elles songent ou à plaire aux autres, ou à se satisfaire elles-mêmes, à moins qu’elles confessent ingenument qu’elles sont en cela plus dépourvues de raison que les brutes, et que ce qu’elles font sans aucun motif, et sans sçavoir pourquoy.

XXI. Il est difficile de concevoir qu’elles ne veuillent plaire ny aux hommes ny aux femmes, et que montrant indifféremment leur gorge à tout le monde, elles ne se soucient de l’approbation de personne. Je veux néanmoins le croire pour leur faire plaisir, et supposer avec elles que ce n’est simplement que pour se satisfaire. Pensent-elles en être moins coupables, et s’il y a évidemment de la vanité et de