Page:Jacques Boileau - De l abus des nudites de gorge, Duquesne, 1857.djvu/58

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cacher leur sein, que la nature leur inspire, pour suivre le déréglement de la mode qui les sollicite de le découvrir.

XVI. Le monde même auquel elles veulent se conformer contribue à les convaincre de mauvaise foy, et à faire voir qu’elles connaissent le mal qu’elles font. Car il est certain que la cajolerie, la complaisance et la galanterie (en quoy consiste l’air et l’esprit le plus innocent de ce qu’on appelle le monde et le siècle), il est certain, dis-je, que la cajolerie, la complaisance et la galanterie la plus innocente, soit des hommes, soit des femmes mondaines, se terminent ordinairement à donner des louanges à la beauté du sein lorsqu’il est découvert. Les uns et les autres sçavent par une funeste expérience que l’amour prophane se place sur une belle gorge comme sur une éminence d’où il nous attaque avec avantage, qu’il y demeure comme sur un trône où il domine avec plaisir, qu’il y repose comme sur un lit où il combat sans peine, et où il triomphe sans employer d’autres armes que la mollesse même.

XVII. Les hommes sçavent combien il est dangereux de regarder un beau sein, les femmes coquettes sçavent combien il leur est avantageux de le montrer, les hommes disent et redisent aux filles et aux femmes combien