Page:Jacques Boileau - De l abus des nudites de gorge, Duquesne, 1857.djvu/47

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


SECONDE PARTIE.


Des vaines excuses des femmes qui ont la gorge et les épaules nues.

I. S’il est certain que nos premiers parens ont transmis leur crime à toute leur posterité, et ont communiqué à leurs descendans un penchant naturel et une forte inclination au péché, il n’est pas moins indubitable qu’ils nous ont inspiré un violent désir de diminuer et d’excuser toutes nos fautes, et de paroitre innocens lors même que nous sommes le plus coupables. Nous naissons criminels d’Adam criminel, nous péchons comme il pécha, comme luy nous tâchons de nous justifier devant Dieu et devant les hommes ; et de même dit S. Gregoire, qu’il voulut couvrir sa nudité de feuilles d’arbre, nous nous efforçons vainement de cacher nos