Page:Jacques Boileau - De l abus des nudites de gorge, Duquesne, 1857.djvu/45

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XLIII. Voila quel sera l’effet de la nudité que vous affectez, ô femmes mondaines, voila ce qu’elle vous présage. Elle vous rend maintenant criminelles, elle vous rendra un jour malheureuses ; elle vous fait maintenant des amans, elle vous fera un jour des ennemis ; et ceux-là mêmes qui vous caressent et qui vous louent, vous reprocheront avec des injures et des blasphèmes que vous êtes la cause de leur damnation ; ils se rendront vos accusateurs et vos bourreaux, et pour comble de malheur, peut-être que ces bras, ces épaules, cette gorge dont vous et eux êtes idolatres, deviendront les instrumens de votre supplice, et feront l’objet éternel de votre rage et de votre désespoir.

XLIV. Je ne prétens pas néanmoins placer dans un même rang toutes les femmes qui ont accoutumé d’avoir la gorge nue, je scay qu’elles ne sont pas également coupables, et que la diversité des motifs qui les font agir, et des fins qu’elles se proposent , peuvent mettre une grande différence entre celles qui commettent une même faute. Mais s’il s’en trouve quel qu’une qui soit exempte de crime, il n’y en a pas une qui ne soit digne de blâme ; et quelque raison qu’elles apportent pour leur deffence, quelque excuse qu’elles employent pour leur justification, elles ne paroistront jamais entière-