Page:Jacques Boileau - De l abus des nudites de gorge, Duquesne, 1857.djvu/27

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui après s’être rangées du party du prince du monde, travaillent à suborner ceux qui suivent le parti de Jésus-Christ.

XXIII. Je souhaiterois que toutes les filles et toutes les femmes fussent bien persuadées de ce qu’a dit S. Chrysostome et qui a été justifié par plusieurs histoires autentiques ; qu’une image et une statue nue est le siége du diable ; elles conclurroient de là que par leurs nuditéz elles deviennent, non seulement le siége, mais le trône de Satan, que non seulement il repose sur leur gorge et sur leurs épaules exposées aux yeux des hommes, mais qu’il y règne, qu’il y domine, qu’il y triomphe ; elles connoîtroient que leur corps à demy nu n’attire pas moins sur elles les démons que les yeux des hommes ; et comme il y a d’ordinaire plusieurs hommes qui regardent leur sein, leurs épaules, et leur bras nuds , qu’il y a aussi plusieurs démons sur chacune de ces parties dont ils prennent possession, et dont, pour ainsi parler, ils font leur retraite et leur fort. Peut-être qu’étant convaincues qu’elles sont environnées, assiégées et couvertes de plusieurs de ces monstres à mesure qu’elles paroissent en public plus ou moins nues, peut-être, dis-je, que cette idée leur ferait avoir une juste crainte, et une sainte horreur de leur nudité.