Page:Jacques Boileau - De l abus des nudites de gorge, Duquesne, 1857.djvu/26

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de quelque prétexte qu’elles se couvrent et de quelque excuse qu’elles se flattent, le motif et le dessein qui leur fait aimer la nudité n’est jamais pur ; elles ne peuvent pas le faire pour plaire à Dieu, il faut donc nécessairement que ce soit pour plaire au monde, elles ne peuvent pas le faire par modestie ny par un principe de piété, il faut donc que ce soit par un défaut de pudeur ou par un esprit de vanité et sou vent d’impureté. Elles servent encore à l’iniquité, selon la pensée de l’Apôtre, puis qu’elles excitent les mouvemens dérégléz de la concupiscence, et qu’elles deviennent les instrumens du démon pour faire succomber les hommes au péché.

XXII. Saint Jérôme reprochoit à Jovinien qu’il avoit dans son parti des Amazones, les quelles le sein découvert et le bras retroussé jusqu’au coude, excitoient les hommes au libertinage pour les rendre ses sectateurs. Ne pouvons-nous pas dire avec autant de justice que les femmes dont les bras, la gorge et les épaules paroissent à découvert, sont les véritables Amazones du démon qui combatent au tant pour luy que pour elles-mêmes, et qui ne vainquent presque jamais que pour luy ; qui employent la beauté de leur corps à pervertir les âmes et à les assujettir à Satan, et en un mot