Page:Jacques Boileau - De l abus des nudites de gorge, Duquesne, 1857.djvu/21

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cœur, en y portant avec leurs regards nos affections et nos désirs. Et je croy que le patriarche Job a voulu nous apprendre cette vérité, lors qu’il déclare qu’il avoit fait un pacte avec ses yeux afin de ne penser point à la beauté des femmes. Car ce ne sont pas les yeux qui pensent et qui désirent, mais c’est le cœur ou l’esprit : Pourquoy, dit-il donc, que pour éloigner de son esprit et de son cœur l’idée et l’amour illégitime des femmes, il a fait une convention avec ses yeux plutost qu’avec son esprit et avec son cœur, si ce n’est pour nous faire connoître qu’il est aisé de ne songer pas aux femmes quand on ne les regarde point, mais qu’il est presque impossible qu’elles ne remplissent notre esprit et notre cœur si nous ne faisons un pacte avec nos yeux de ne pas les regarder.

XV. Et il est d’autant plus nécessaire de détourner nos regards de dessus ces femmes dont la gorge et les épaules sont découvertes, que selon la pensée du même patriarche, il est difficile de concevoir quelle place Dieu peut trouver dans une ame que les yeux ont trahie, et dans laquelle ils ont fait entrer ces images impures qui occupent et qui troublent toutes ses puissances. Souvenons-nous de cette maxime du grand S. Grégoire qu’il y a de