Page:J.-Martin Lobet - Dictionnaire wallon-français, 1854.djvu/564

Cette page n’a pas encore été corrigée

586 SPi

disparaître peu à peu dans le sable, la vase ; céder sous un coup lourd , de manière à s’engloutir. — Se désorienter, v. pers. perdre la connaisssance du levant, du lieu où l’on estou dout on parle, du chemin à suivre. — Se fourvoyer , v. pers. et récip. s’égarer , se perdre de la bonne voie, dans des raisonnements.

— Se dévier, v. pers. se détourner, s’écarter de la route ; déviation, détour dans la conduile :

écart. — à beur, se ruiner la santé et la 

bourse par un usage continu de liqueurs fortes.

— Se blaser, v. pers. s’user par l’abus de liqueurs fortes, s’user les sens par des excès, l’âme par toutes les jouissances. — à kori, se perdre dans la débauche, la fréquentation des mauvais lieux.

SPIEU, dévastateur, trice, s. et adj. qui détruit , fait des ravages. — Mutilateur, trice, s. celui qui mutile un corps, une statue. SPIGO , tirette, s. f. morceau de cuir remis au bout de la semelle usée d’un soulier. SPIKÉ, se piquer, v. pers. à un piquant, etc., t. d’arts et métiers ; fig. se fâcher, se tenir pour offensé ; se glorifier , se vanter, tirer vanité de quelque chose , en faire profession , en tirer avantage ; se piquer au jeu , s’opiniâtrer.

— S’entre-picoter , v. récip. se lancer mutueliement des paroles piquantes

SPINAU, lin filé et blanchi, s. m. fil de son écorce très-fin. — Épinard, s. m. herbage que l’on mange cuit, laxatif, de la famille des aroches, annuel ou vivace, est originaire de l’Asie septentrionale ; épinard sans corne où grand épinard ; réside mieux au froid de l’hiver. — Épinard-fraise, s. m. blette de jardinier, annuel, à fruits faits et colorés exclusivement comme des fraises, se sème de lui-même. — Baselle rouge des Indes orientales, la blanche de la Chine, la luisante, la vésiculeuse, la japonica et la cordifolia, l’aroche rouge, sa tige et ses feuilles sont de couleur de sang ou de pourpre sale ; il est substitué à l’épinard dans le potage.

SPINETT , ardillon, s. m. pointe de métal d’une boucle pour fixer la courroie, etc., t. d’arts, pointe, renguillon, pointe de fer. — Epinoche, s. m. très-petit poisson à épine latérale mobile, du genre de gastré, ressemble au hareng ou savetier.

SPINEU, épineux , se , adj. qui a des épines , qui ressemble à une épine ; fig. chose, science, affaire, question épineuse, pleine de difficultés, d’obstacles ; personne, esprit épineux, qui fait des difficultés sur tout.—Épiniers, s m. pl. bois fourrés d’épines ; asile des bêtes noires, t. de chasse. — Hérissonné , e, adj. t. de bot. couvert d’épines longues et hérissées. SPINPÉ, se cointiser, v. pers. s’ajuster, se parer Comme une coquette, qui à de la cointerie, des manières élégantes, recherchées. — S’adoniser, v. pers. se parer avec affection. SPION, souchet, s. m. sorte de mauvaise pierre iendre du fond d’une carrière ; on en fait peu d’usage. — Recoupes, s. f. pl. menus mor-- @eaux qu’on abat des pierres ; on s’en sert, écrasés, pour. faire du mortier et former les .…@irs-des sentiers, — Fragment,s. m. morceau, «parte d’une-chose brisée. — d’hrik, ciment, «8. 1 :-débris-de briques concassées pour : être SPO

mêlés avec la chaux, pour former un bon repous ou mortier rouge. — d’hoïe, aspiure de houille, s. f. houille en poudre. — Spiure de houille, s. f. poussière de charbon de terre.— d’heie, décombres d’un toit en ardoises, débris, recoupes d’ardoisier. — d’souk, fragments de sucre, grabeau d’une caisse de sucre. — d’tulai, tuileau , s. m. morceau de tuile en fragment , sert à faire un bon ciment. — d’vinpir, grabeau de cendre gravelée, s. m. fragment, poussière, criblure de cendre gravelée. Y. Vinpir.

SPIRA , spirale, s. f. petit ressort, courbe partant deson centre, t. d’horlog. ; spirale, avance et retard, est un til d’acier très-minceet plat, imitant un cheveu contourné en spirale ayant cinq ou six circonvolutions, et retenu par une goupille et l’axe du balancier ; aiguille de rosette, lame de métal artistement travaillée, dont la base percée d’un trou carré s’adapte sur le canon de chaussée, se ment sur le cadran des montres, pendules, horloges, indique la division solaire et lunaire du temps.

spirou, écureuil, s. m. petit animal fort vif, mammifère, rongeur. — Palmiste, s. m. sorte d’écureuil.

SPIRWUIG, angeot, adv. espèce de palette, planchette à rebord et queue, instrument de plafonneur pour porter du mortier. SPISI, se pincer, v. pers. se pincer pour se faire rire, se serrer la superficie de la peau, se presser, se faire des douleurs vives. SPITAR, laveton, s. m. grosse bourre de drap foulée, se retire de l’auge de la foulerie, on en fait des litières.—Eclaboussure , s. f. boue que l’on fait rejaillir sur. — Crotte, s. f. boue des rues, des chemins sur ses habillements ; se crotter en marchant, se salir de crotte. SPITÉ, éclabousser, v. a. boue que l’on fait jaillir sur. — Se forger, v. n. se dit du cheval qui heurte ses fers en marchant. — Se pédonner, v. pers. se donner des coups de pieds. SPITEG, salissure, s. f. ordure, crotte, éclaboussure qui demeure sur une chose. SPLAIND , se plaindre de, v. pers. se lamenter, faire des plaintes, soupirer, témoigner du mécontentement, du chagrin contre quelqu’un.

— Se complaindre, v. pers. se plaindre, se lamenter à quelqu’un.

SPLAINKI, rondiner, v. a. battre quelqu’un avec un rodin, un bâton, etc.

SPLANTÉ, se piéler, v. pers. se dresser sur ses pieds, être debout, prendre bien ses mesures. SPLAIR, se plaire, v. pers. prendre plaisir à se plaire au travail, à étudier, à faire le, ou du bien ou du mal, mettre satisfaction à, se trouver dans un lieu, se plaire à la ville, à la campagne, partout. — S’aimer, v. pers. se plaire, se chérir, être content l’un de l’autre ; se dit d’un couple qui se chérit mutuellement. — $e familiariser avec quelqu’un, s’accoutumer, se rendre facile à l’usage.—S’entre-aimer, v.récips’aimer l’un l’autre.

SPLAWON, éparvin, s. m. maladie du cheval, bosse au jarret. — à vessaie, vessigon, S. M. tumeur intérieur au jarret du cheval. SPO, adage, s. m. proverbe, maxime est une sentence populaire ou un mot familier, plein de sens piquants et de sel. — Dicton, s. m.