Ouvrir le menu principal

Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/94

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Depuis ont passé des années ;
J’ai grandi, souffert, embelli,
Et de mes amours raffinées
Le plus chez dort enseveli !
Souvent le doux appel de frère
A brûlé ma lèvre et mon cœur…
Ah ! trop cruelle est la douleur
Qui remplit nos jours sur la terre !

Ô mon frère, ô mon frère mort,
Rien ne frissonne dans ta cendre !
Ne sens-tu rien de doux et fort
Sur tout ce qui fut toi descendre… ?
Car ta sœur vient pour te chanter
De nos berceuses orientales,
Nocturnes lentes, automnales…
Ne pourrais-tu les répéter… ?

Les morts oublient-ils les romances
Qu’ils ont appris à bégayer,
Et leurs compagnons de souffrances,
Et tous leurs efforts d’essayer… ?
Et de leur langue maternelle
Oublient-ils les si chers accents,
Et les visions d’attraits puissants
Du pays, des campagnes belles… ?