Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/81

Cette page a été validée par deux contributeurs.




TÉLÉPATHIE



Vous, d’habitude si câline
Enfant vers qui s’en va mon cœur,
Votre lèvre fraîche s’incline
Tordue en un pli de douleur ;
À vous voir si pâle et lointaine,
Les yeux fixés sur la fontaine
Pour tromper les indifférents,
Je sens que le soir vous apporte
Un souvenir de feuille morte
Parmi les échos murmurants…