Ouvrir le menu principal

Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/80

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Quelque chose glisse
Sous l’herbe que plisse
Un grand galon vert.
Des voix amoureuses
Pleurent, langoureuses,
D’avoir trop souffert…

La plage lointaine
Sourit, incertaine,
Parmi ses vapeurs ;
Et mon âme souffre,
Comme dans un gouffre,
Et pleure des cœurs !