Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Les sentences de mort… oh ! les horreurs humaines !
Pensant au meurtrier
Je sens mon cœur tordu de spasmes et de haines,
D’horreur et de pitié !

N’est-ce pas leur destin (mystère pour tout homme
De toute éternité)
De mourir tous deux, l’un innocent, l’autre comme
Sa fin piteuse était… ?

Hélas ! la vie est courte, à quoi bon la bataille,
Le crime et la prison ?
Le temps est abrégé pour jeter la semaille
Et faucher la moisson !

Hommes, le savez-vous, le savez-vous que naître
Est mourir à moitié,
Et que chaque naissance apporte un pâle spectre
Vers le gouffre plié… ?

Aimez, faites le bien, utilisez votre âme
Au service du Beau ;
Votre vie en sera la sainte et douce flamme
Éclairant le tombeau.