Ouvrir le menu principal

Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/19

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Se brisa, car toujours leur forme audacieuse
S’élevait menaçant les hommes des combats ;
Elle s’élève encor dans ces lointains là-bas
Écrasante autant qu’orgueilleuse.

Homme, tu rêves heureux
D’y voir flâner l’Angleterre,
C’est tes soins laborieux
Qui gagnèrent cette terre.
Et tu pars, tu pars, héros,
Car l’œuvre est toute bâtie,
Mais ta tête appesantie
Baisse sous de lourds fardeaux.


V


Ô vieillard, ô son fils, l’Angleterre t’appelle
Des plus tendres prénoms, en te tendant les bras ;
Va rejoindre ta mère, ô son enfant fidèle,
Va la rejoindre là-bas !

De fleurs et de drapeaux elle a couvert sa rive,
Et sur son front pensif se fixent les regards ;
Vieillard aux blancs cheveux, héros du jour arrive !
L’on croisera sur toi des étendards…