Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/117

Cette page a été validée par deux contributeurs.


· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Ô Dieu, pourquoi as-tu mis dans les yeux de l’homme des larmes qui ne tarissent pas ?

Pourquoi… ?

Quel plaisir éprouves-tu à te venger ? Tu es grand ; nous sommes faibles, tu es fort, nous sommes impuissants ; nous sommes méchants, et tu es bon ; pardonner eût été plus digne de ta grandeur ; anéantir, plus conforme à ta puissance. Tu n’as fait ni l’un ni l’autre, et je souffre.

Mon âme est triste aujourd’hui, d’une tristesse sombre. Je songe aux feuilles qui tombent, aux vivants qui rient, aux morts qui ne sont plus.


2 Novembre.