Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/106

Cette page a été validée par deux contributeurs.




V.

Ayant au fond des yeux tout le vingtième siècle,
Je regarde ces flots et leur cours emporté ;
Dans les iris croisés formant un large cercle
Sombra toute l’antiquité !

Que de soleils levants ont doré ces montagnes
Depuis que Bet-Saïda s’effondra tout à coup !
Et qu’y a-t-il encor dans ces vastes campagnes,
Qu’y a-t-il encore debout ?

Capharnaüm là-bas, au pied d’une colline !
Ruines au bord du lac comme dans un album !
L’eau près d’elle a perdu sa couleur cristalline,
La brûlante Capharnaüm !