Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/91

Cette page a été validée par deux contributeurs.
58
PEER GYNT

PEER GYNT

Bah !Vous m’en direz des nouvelles !


LA PREMIÈRE

Est-ce bien vrai ?


LA SECONDE

Est-ce bien vrai ? En noce, alors !


LA TROISIÈME

Viens avec nous, le fort des forts !
Nous ne voulons plus de lit vide.


LA PREMIÈRE

On verse à boire à la maison.


LA SECONDE (embrassant Peer)

Il est ardent comme un tison.


LA TROISIÈME (en faisant autant)

Le cou brûlant, la bouche humide.


PEER GYNT (dansant au milieu des filles)

Troll, j’ai trois corps, un corps par femme,
La joie aux yeux, la mort dans l’âme !


LES TROIS FILLES (font des pieds de nez du côté des sommets, criant et chantant)

Trond, Koré, Bord, bonsoir, lutin,
Danse tout seul jusqu’au matin !

(Elles entraînent en dansant Peer Gynt dans les montagnes.)



(La chaîne des Ronden. Coucher de soleil. Tout autour des cimes rayonnantes.)