Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/79

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ACTE II

(Un étroit sentier de montagne. Heure très matinale.)

(Peer Gynt marche rapidement, l’air maussade. Ingrid, à demi vêtue de son costume de mariée, cherche à le retenir.)


PEER GYNT

Laisse-moi ! Va-t’en !


INGRID (pleurant)

Après ce qui s’est passé ? Où irais-je ?


PEER GYNT

Où tu voudras ! Ça m’est égal.


INGRID (se tordant les mains)

Ah ! mon Dieu ! le traître ! le traître !


PEER GYNT

À quoi bon nous dire des sottises ? Chacun est libre d’aller son chemin.


INGRID

Non, non ! Nous sommes liés par un crime !


PEER GYNT

Le diable soit de tous les souvenirs ! Le diable soit de toutes les femmes…, excepté une !