Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/75

Cette page a été validée par deux contributeurs.
42
PEER GYNT

gerai. Car, sache-le bien, la nuit, je me fais loup-garou. Je te mordrai les jambes. (Changeant de ton, tout à coup, avec une sorte d’anxiété.) Danse avec moi, Solveig !


SOLVEIG (le fixant d’un regard triste)

Tu as été méchant. (Elle entre à la maison.)


LE MARIÉ (revient d’un pas traînant)

Si tu m’aides, je te donne une vache !


PEER GYNT

Viens !

(Ils disparaissent derrière la maison. Au même instant, une bande d’hommes, la plupart ivres, arrivent, venant de la pelouse où l’on danse. Bruit, tumulte. Solveig, Helga, leurs parents et quelques gens âgés sortent de la maison et s’arrêtent sur le seuil.)


LE MAITRE-COQ (à Aslak qui marche en tête de la bande)

Paix !


ASLAK (ôtant son veston)

Non ! Il faut vider l’affaire. Peer Gynt ou moi. L’un des deux touchera le sol.


DES VOIX

Oui, oui, qu’ils se mesurent !


D’AUTRES

Non ! Qu’ils se disent des sottises, mais sans se battre.


ASLAK

Les paroles ne signifient rien. Il faut en venir aux poings.