Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/73

Cette page a été validée par deux contributeurs.
40
PEER GYNT

PEER GYNT

Ah ! planter son couteau dans le ventre de tous ces gens !


LE MARIÉ (le poussant du coude)

Tu ne peux pas m’aider à entrer chez la mariée ?


PEER GYNT (distrait)

La mariée ? Où est-elle ?


LE FIANCÉ

Dans le grenier.


PEER GYNT

Eh bien ?


LE FIANCÉ

Écoute, Peer, je t’en prie ! essaie un peu.


PEER GYNT

Non. Tu te passeras de mon aide. (Se ravisant, bas, d’un ton âpre.) Ingrid est dans le grenier ! (Il s’approche de Solveig.) As-tu réfléchi ? (Solveig veut s’éloigner. Il lui barre le chemin.) Tu as honte de moi parce que j’ai une mine de rôdeur.


SOLVEIG (vivement)

Ce n’est pas vrai ! Tu n’as pas une mine de rôdeur.


PEER GYNT

Et puis, j’ai un plumet. Mais c’est par dépit, parce que tu m’avais blessé. Viens !