Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/70

Cette page a été validée par deux contributeurs.
37
ACTE PREMIER

PEER GYNT

Il est resté tout coi, les mains brûlées. Depuis, nous avons toujours été brouillés.

(Rire général.)


QUELQUES VOIX

Pas mal, ce conte !


D’AUTRES

C’est peut-être le meilleur qu’il ait fait !


PEER GYNT

Croyez-vous que j’invente ?


UN HOMME

Non, je puis en témoigner. Mon grand-père m’avait déjà raconté la plupart de tes histoires.


PEER GYNT

C’est faux ! Tout cela m’est arrivé !


L’HOMME

Ils en disent tous autant.


PEER GYNT (avec entrain)

Vrai Dieu ! Je puis traverser les airs sur un cheval ferré d’argent ! Et bien d’autres choses encore, sachez-le ! (Nouveaux éclats de rire.)


UN GARS

Allons, Peer, une chevauchée !