Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/63

Cette page a été validée par deux contributeurs.
30
PEER GYNT

PEER GYNT (barre le chemin aux nouveaux arrivants et dit au père en lui désignant Solveig)

Puis-je danser avec ta fille ?


LE PÈRE (doucement)

Je veux bien, mais nous devons d’abord saluer les hôtes. (Ils entrent dans la maison).


LE MAITRE-COQ (à Peer Gynt, en lui offrant à boire)

Puisque tu es venu, il faut boire un coup.


PEER GYNT (suivant des yeux les nouveaux arrivants)

Merci, je vais danser. Je n’ai pas soif. (Le Maître-Coq s’éloigne. Peer Gynt regarde du côté de la maison et sourit.) Qu’elle est blonde ! Vrai ! je n’en ai jamais vu de pareille ! Les yeux baissés sur sa jupe blanche et sur ses escarpins, elle marchait en tenant d’une main le tablier de sa mère, de l’autre un livre de cantiques enveloppé d’un mouchoir ! Il faut que je la dévisage, cette fille.


UN GARS (accompagné de plusieurs autres)

Tu ne danses pas, Peer ?


PEER GYNT

Si.


LE GARS

Alors, tu ne vas pas du bon côté. (Il lui prend le bras pour l’obliger à se retourner.)