Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/57

Cette page a été validée par deux contributeurs.
24
PEER GYNT

ASLAK

Oui, mais, d’abord, mon gars, dis-moi ce que tu as fait pendant ces six semaines. Tu avais disparu. Tu viens peut-être de chez le vieux de la montagne. Hein ?


PEER GYNT

Maître Aslak, j’ai fait des choses surprenantes.


ASLAK (clignant de l’œil vers ses compagnons)

Voyons, conte-nous ça, Peer.


PEER GYNT

Cela ne regarde personne.


ASLAK (après un court silence)

Tu iras à Hægstad, bien sûr ?


PEER GYNT

Non.


ASLAK

On disait dans le temps que la fille te voulait du bien.


PEER GYNT

Veux-tu te taire, espèce de corbeau !


ASLAK (reculant un peu)

Ne te fâche pas, Peer. Si Ingrid t’a fait faux bond, tu en trouveras d’autres. — Pense donc ! le fils de Jean Gynt ! Viens à la noce. Il y aura là