Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/51

Cette page a été validée par deux contributeurs.
18
PEER GYNT

PEER GYNT

Je le voudrais, mais je n’ose pas. (Il s’approche d’elle.) Fais attention et tiens-toi tranquille ; si tu rues, si tu lances des pierres, cela pourrait mal finir. Tu pourrais dégringoler.


AASE

Canaille !


PEER GYNT

Ne remue pas tant.


AASE

Puisses-tu être balayé de ce monde comme une ordure que tu es !


PEER GYNT

Fi donc, mère !


AASE

Je crache sur toi.


PEER GYNT

Tu devrais plutôt me donner ta bénédiction. Veux-tu ? dis ?


AASE

Ce que je te donnerai, c’est une bonne fessée, si grand que tu sois.


PEER GYNT

Eh bien, adieu, en ce cas, mère chérie ! Patience : je ne tarderai pas à revenir. (Il s’éloigne, se re-