Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/45

Cette page a été validée par deux contributeurs.
12
PEER GYNT

Hægstad te regardait d’un œil tendre. Tu aurais pu l’obtenir, si tu l’avais voulu bien sérieusement.


PEER GYNT

Tu crois ?


AASE

Le père n’a pas la force de résister à son enfant. Il est entêté à sa façon, mais Ingrid finit toujours par avoir le dessus. Tout en bougonnant, le vieux grognon fait ce qu’elle veut. (Elle recommence à pleurer.) Ah ! Peer, mon enfant, une fille comme cela, — très riche, — une fille de propriétaire ! Dire que, si tu avais seulement voulu, tu serais son heureux époux, au lieu de traîner ici, sale et déguenillé.


PEER GYNT (vivement)

Viens ! allons-y de ce pas.


AASE

Où cela ?


PEER GYNT

À Hægstad.


AASE

Mon pauvre garçon ! Nous trouverions portes closes.


PEER GYNT

Pourquoi cela ?


AASE

Hélas ! Tu as laissé échapper le moment, l’occasion.