Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/42

Cette page a été validée par deux contributeurs.
9
ACTE PREMIER

où vous vous êtes battus comme chiens enragés ? N’est-ce pas toi qui as cassé le bras à d’Aslak, le forgeron, ou qui lui as, du moins, foulé un doigt ?


PEER GYNT

Qui t’a conté toutes ces balivernes ?


AASE (rageusement)

La femme du journalier l’a entendu beugler.


Peer Gynt (se frottant le coude)

Ce n’était pas lui, c’était moi.


AASE

Toi ?


PEER GYNT

Oui, mère, puisque j’étais le battu.


AASE

Comment cela ?


PEER GYNT

C’est un gaillard, vois-tu…


AASE

Qui ça ?


PEER GYNT

Aslak, donc.


AASE

Va, tu me dégoûtes ! Quoi ! Battu par un sale ivrogne, par un pilier de cabaret, par un misérable noceur de cette espèce ! (Elle recommence à pleurer.) Ah !