Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/274

Cette page a été validée par deux contributeurs.
241
ACTE V

« Peer, me suis-je dit, tu es tout de même un grand pécheur. »


LE FONDEUR

Eh, eh ! Nous voici revenus au point de départ.


PEER GYNT

Du tout ! Je dis un grand pécheur, non seulement en actions, mais en pensées et en paroles. J’ai mené à l’étranger une vie d’enfer.


LE FONDEUR

C’est possible ; mais je voudrais un certificat.


PEER GYNT

Très bien ! Accorde-moi seulement un petit délai. J’irai trouver le prêtre, me confesserai en un tour de main et t’apporterai un billet en règle.


LE FONDEUR

Si tu me l’apportes, il est clair que tu échapperas à la refonte. Cependant ce mandat…


PEER GYNT

Bah ! un vieux document, à ce que je vois. Il date d’une époque où je menai une vie fade et nonchalante, jouant au prophète et croyant au destin. Allons, tu me permets ?


LE FONDEUR

Oui, mais…