Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/268

Cette page a été validée par deux contributeurs.
235
ACTE V

conserver mon moi. Eh bien ! ce fait, vous devez l’attester sous serment.


LE VIEUX DE DOVRE

Hélas ! c’est tout à fait impossible.


PEER GYNT

Qu’est-ce à dire ?


LE VIEUX DE DOVRE

Vous ne voudriez pas me rendre parjure. Et la culotte de troll que vous avez passée, et l’hydromel que vous goûtâtes, il ne vous on souvient donc plus ?


PEER GYNT

Oui, oui, vous m’avez tenté de mille façons, mais je me suis refusé à faire le pas décisif, et tout est bien qui finit bien. C’est à ça qu’on reconnaît son homme.


LE VIEUX DE DOVRE

Mais c’est justement la fin qui te dément.


PEER GYNT

Que me chantes-tu là ?


LE VIEUX DE DOVRE

En quittant les Ronden, tu avais ma devise écrite derrière l’oreille.


PEER GYNT

Ta devise ?