Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/257

Cette page a été validée par deux contributeurs.
224
PEER GYNT

Mais il m’en veut. — Encore un coup,
Je prends mes jambes à mon cou !

(Il détale.)



(Un autre point de la lande.)


PEER GYNT (chantant)

Fossoyeurs, bedeaux, arrivez, canailles,
Bêlez votre vieux chant de funérailles.
Je veux qu’on me couse un crêpe au chapeau,
J’ai beaucoup de morts à mettre au tombeau !

(Le Fondeur, portant une boite à outils et une grande cuiller à fondre, arrive par un chemin de traverse.)


LE FONDEUR

Bonsoir, mon vieux.


PEER GYNT

Bonsoir, l’ami.


LE FONDEUR

Tu sembles pressé. Où vas-tu donc ?


PEER GYNT

À des funérailles.


LE FONDEUR

Vraiment ? Eh ! tu n’as pas très bonne mine. Excuse-moi, tu ne t’appellerais pas Peer ?


PEER GYNT

On me nomme Peer Gynt.