Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/255

Cette page a été validée par deux contributeurs.
222
PEER GYNT

Tu nous laissas
Dans notre fange
Au ver qui mange,
Et tu passas !


PEER GYNT

Bast ! Une autre saison commence.
Engraissez la jeune semence !


SOUFFLES DANS L’AIR

Nous, les chansons
Inexprimées,
Vous maudissons,
Âmes fermées,
N’ayant pas su
Nous faire entendre
Par un soir tendre.
Maudit sois-tu !


PEER GYNT

Vivre en troubadour ? Pas si bête !
J’avais bien autre chose en tête.

(veut fuir par la traverse.)


GOUTTES DE ROSÉE (tombant des branches)

Gouttes de pleurs
Non répandues,
Par nous des cœurs
Seraient fondues
Les glaces. Mais,
Quand l’âme est dure,
Notre onde pure
Sèche à jamais.