Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/236

Cette page a été validée par deux contributeurs.
203
ACTE V

PEER GYNT

Arrière, fantôme ! Décampe ! Je ne veux pas mourir ! Je veux gagner la côte !


LE PASSAGER

Quant à ça, rassurez-vous. On ne meurt pas au milieu d’un cinquième acte. (Il disparaît.)


PEER GYNT

Enfin il s’est démasqué ! Ce n’était qu’un insipide moraliste.



(Un cimetière dans les montagnes.) (Un convoi funèbre. Au bord de la fosse, un prêtre. On achève un cantique. Peer Gynt apparaît sur la roule, hors de l’enceinte.)


PEER GYNT (s’arrêtant à l’entrée)

Sans doute un concitoyen qui prend le chemin de toute poussière humaine. Dieu merci, ce n’est pas moi. (Il entre.)


LE PRÊTRE (prêchant)

Et maintenant, mes chers frères, maintenant que l’âme se présente au tribunal suprême et que le corps repose, semblable à une cosse vide, nous dirons quelques mots du chemin que le défunt parcourut ici-bas.

Il n’avait ni fortune, ni esprit. Sa voix était grêle, son maintien peu viril ; il s’exprimait mollement, avec hésitation et savait à peine gouverner