Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/227

Cette page a été validée par deux contributeurs.
194
PEER GYNT

LE PASSAGER

Les cadavres rient, ou plutôt ils grimacent et, le plus souvent, se mordent la langue.


PEER GYNT

Ah ! ça ! laissez-moi tranquille !


LE PASSAGER

Une question seulement ? Si nous échouions et coulions bas cette nuit…


PEER GYNT

Vous croyez qu’il y a danger ?


LE PASSAGER

Je n’en sais trop rien. Mais supposez que j’en réchappe et que vous vous noyiez.


PEER GYNT

Allons donc !


LE PASSAGER

Une simple possibilité. Eh bien ! quand on a un pied dans la tombe, le cœur s’attendrit, on se fait généreux.


PEER GYNT (mettant la main à sa poche)

Bon ! il s’agit d’argent ?


LE PASSAGER

Non. Mais me feriez-vous la grâce de m’accorder votre précieux cadavre ?