Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/220

Cette page a été validée par deux contributeurs.
187
ACTE V

LE CAPITAINE

C’est plus qu’il n’en faut pour vous faire une situation chez nous.


PEER GYNT

Je n’ai pas de famille. Personne n’attend le riche vagabond. Au moins il n’y aura pas de simagrées sur le quai !


LE CAPITAINE

Voici le grain qui arrive.


PEER GYNT

Ainsi, c’est dit : si l’un de vos hommes se trouve dans l’embarras, je ne regarde pas trop à l’argent.


LE CAPITAINE

C’est gentil à vous. La plupart d’entre eux ne possèdent qu’un maigre pécule, et tous ont femme et enfants. Ils ne s’en tirent pas facilement avec leurs seuls gages. Ah ! s’ils avaient un peu d’extra en descendant, ce serait une fête dont on parlerait longtemps !


PEER GYNT

Que me dites-vous là ! Ils sont mariés ? Ils ont femme et enfants ?


LE CAPITAINE

Mais oui, tous, du premier jusqu’au dernier. Le