Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/217

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ACTE V

(À bord d’un bâtiment longeant la côte de Norvège. Coucher de soleil. Temps houleux.)

(Peer Gynt, vigoureux vieillard, à la chevelure et à la barbe blanches, se tient à l’arrière du navire. Son costume est presque celui d’un marin. Il porte un veston et des bottes à longues tiges. Ses habits sont un peu usés. Il est hâlé. Ses traits ont une expression plus dure. Le capitaine se tient près du gouvernail. L’équipage est à l’avant.)


PEER GYNT (accoudé au bastingage, regardant la côte)

Voici le vieux Halling, en costume d’hiver, dressant son torse aux rayons du couchant. Comme il se rengorge, le vieillard ! Le Pic du Glacier, son frère, se tient en arrière modestement. Son manteau de glace verdoie toujours au soleil. La Mer de Neige s’étend, gracieuse, comme une vierge en longue robe de lin. Allons, pas de folies, mes vieux gaillards ! Restez où l’on vous a placés. Vous n’êtes, après tout, que des blocs inertes.


LE CAPITAINE (criant à l’équipage)

Deux hommes au gouvernail ! Hissez la lanterne !


PEER GYNT

Quelle bise !


LE CAPITAINE

Cette nuit nous aurons de l’orage.