Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/215

Cette page a été validée par deux contributeurs.
182
PEER GYNT

BEGRIFFENFELD

Vous voulez un couteau ? En voici un.


HUSSEIN (saisissant le couteau que lui tend le docteur)

Ah ! comme je vais boire de l’encre, et quel bonheur que de se tailler ! (Il se passe le couteau sur la gorge.)


BEGRIFFENFELD (s’écartant)

La plume va cracher.


PEER GYNT (avec une anxiété croissante)

Saisissez-le !


HUSSEIN

Vous l’avez dit ! Saisissez-moi ! Prenez la plume ! Prenez ! Du papier ! Du papier ! (Il tombe). Je suis émoussé. N’oubliez pas l’épitaphe : « Toute sa vie et jusqu’à sa mort, ce fut une plume usée. »


PEER GYNT (défaillant)

Que deviendrai-je ? Que suis-je ? O toi, grand ?… viens à moi ! Je suis tout ce que tu voudras, un Turc… un troll… un pêcheur… Mais viens à moi ! J’ai quelque chose de rompu ! (Riant.) Je ne puis pas retrouver ton nom. Viens à moi, ô toi, tuteur de toutes les brutes ! (Il s’évanouit.)


BEGRIFFENFELD (une couronne de paille à la main, saute à cheval sur lui)

Ah ! voyez comme il brille au soleil !… Il est