Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/213

Cette page a été validée par deux contributeurs.
180
PEER GYNT



PEER GYNT

Pas encore… Fou ? Allons donc !

(Tumulte. Le ministre Hussein, perçant la foule, s’approche d’eux.)


HUSSEIN

On m’a annoncé qu’un empereur venait d’arriver ici. (À Peer Gynt.) Est-ce vous ?


PEER GYNT (d’un ton désespéré)

Il paraît que oui !


HUSSEIN

C’est bien. Voici des notes auxquelles il faut répondre.


PEER GYNT (s’arrachant les cheveux)

Très bien. Haïe donc ! Allez-y, allez-y toujours !


HUSSEIN

Voulez-vous me faire l’honneur de me tremper ? (Il s’incline profondément.) Je suis une plume.


PEER GYNT (s’inclinant encore plus profondément)

Et moi un vieux parchemin impérial.


HUSSEIN

Mon histoire, seigneur, est bien simple : on me prend pour un sablier, et je suis une plume.


PEER GYNT

Et la mienne, ô plume, peut se dire en deux