Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/207

Cette page a été validée par deux contributeurs.
174
PEER GYNT

PEER GYNT

Au moins, donnez-moi un instant de répit !… Je ne suis bon à rien, je suis absolument abruti !


BEGRIFFENFELD

Un homme qui a deviné l’énigme du Sphinx ? Un homme qui est lui-même ?


PEER GYNT

Eh ! c’est là justement que gît la difficulté. Oui, je suis moi-même, je le suis des pieds à la tête. Mais, ici, si je ne me trompe, on est plutôt hors de soi.


BEGRIFFENFELD

Hors de soi ? Vous vous trompez du tout au tout. On est au contraire diablement soi-même ici. Soi-même et rien que cela. On lance son moi à toutes voiles. Chacun s’enferme en soi-même comme dans un tonneau, c’est dans le puits du soi-même qu’on en durcit le bois, c’est avec le bouchon du soi-même qu’on le ferme hermétiquement, c’est le soi-même qu’on y fait fermenter. Personne n’a de larmes pour les maux d’autrui. Nous-mêmes, mais nous le sommes des pieds à la tête, jusqu’au bout des ongles. Il en résulte que, si nous devons avoir un empereur, vous êtes l’homme qu’il nous faut. C’est bien clair.