Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/199

Cette page a été validée par deux contributeurs.
166
PEER GYNT

femme et lion, est-ce aussi une figure de conte ? ou n’est-ce pas une réminiscence ? Une figure de conte ? Eh oui, je le tiens mon bonhomme, tu es le Courbe, celui à qui j’ai asséné un coup de bâton, — en rêve, s’entend ; — j’étais au lit, avec une fièvre. — (Il s’approche.) Les mêmes yeux, les mêmes lèvres, — l’air un peu moins indolent, un peu plus rusé. Tiens, tiens, Courbe, tu as donc l’air d’un lion quand on te voit par derrière, le jour. Sais-tu encore quelques énigmes ? Nous allons voir. Me répondras-tu encore comme la dernière fois ? (Élevant la voix.) Eh ! Courbe, qui es-tu ?


UNE VOIX (derrière le sphinx)

Ach, Sphinx, wer bist du ?


PEER GYNT

Tiens ! Un écho qui parle allemand ! C’est étrange !


LA VOIX

Wer bist du ?


PEER GYNT

Du pur allemand, ma foi. Je serai le premier à noter une observation si inédite. (Il inscrit dans son calepin.) « Écho allemand. Dialecte berlinois. »

(Begriffenfeld[1] sort de derrière le Sphinx.)

  1. De begrîff, conception. On pourrait peut-être, sur la scène française, remplacer ce nom par celui de Conceptionarius.