Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/185

Cette page a été validée par deux contributeurs.
152
PEER GYNT

ANITRA (sortant de la tente)

Tu m’appelles dans la nuit, ô maître ?


PEER GYNT

Mais oui ! le Prophète t’appelle. Je ne sais quel bruit d’enfer m’a réveillé en sursaut. On aurait dit un hallali. À moins que ce ne fût un concert de chats.


ANITRA

Non, seigneur, ce n’était pas un hallali. C’était bien autre chose.


PEER GYNT

Quoi donc ?


ANITRA

Épargne-moi, je t’en supplie !


PEER GYNT

Parle !


ANITRA

Ne me fais pas rougir.


PEER GYNT (se rapprochant d’elle)

Était-ce peut-être ce qui me remplissait tout entier au moment où je te donnai mon opale.


ANITRA (indignée)

Fi, seigneur ! Te comparer, ô lumière du monde, à un affreux chat, à une bête dégoûtante !