Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/173

Cette page a été validée par deux contributeurs.
140
PEER GYNT

LE RECELEUR

Ça sent les potences
Et la corde au cou.


LE VOLEUR (croisant les bras sur la poitrine)

Graine de voleur
Pour le vol est née.


LE RECELEUR

Fils de receleur
Suit sa destinée.


LE VOLEUR

Ton chemin suivras,
Toi-même, seras.


LE RECELEUR

Gare à notre tête !
Chut ! j’entends des pas !


LE VOLEUR

Cachons-nous là-bas,
Et gloire au Prophète !


(Ils disparaissent dans l’antre, en abandonnant leur butin. On perd de vue les cavaliers.)


PEER GYNT (arrive en se taillant une flûte dans un roseau)

Oh ! la radieuse matinée ! Le scarabée roule ses œufs, et le colimaçon montre ses cornes. Le matin arrive chargé d’espoirs dorés. De quelle merveilleuse puissance la nature n’a-t-elle pas doté les rayons